FacebookGoogle BookmarksRSS Feed

Carte2016petite2

20 COMMUNES
23 500 HABITANTS

pref   Préfecture du 77

sp


trvxnum

Depuis le début du mois de novembre, les opérations de Montée en Débit sont opérationnelles sur les 11 communes* de la CCPMF qui souffraient des connexions internet les plus lentes.

Réunis le mercredi 23 novembre à Annet-sur-Marne, les partenaires de cette opération ont présenté cette formidable avancée pour 4000 foyers du territoire.

 M. Christian Marchandeau, Vice-président de la CCPMF en charge notamment du numérique et Maire d’Annet-sur-Marne indiquait que « Mes administrés qui bénéficiaient, hier, au mieux de 1 méga de débit disposaient, aujourd’hui, d’un minimum de 10 mégas. Certains m’ont même confié profiter de débit pouvant dépasser les 60 mégas ».

M. Jean-Louis Durand, Président de la CCPMF, notait que « l’investissement pour la communauté de communes était certes conséquent (1 million d’Euros), mais qu’au regard des services que sont en droit d’attendre les populations à l’ère du tout numérique, il était justifié.

M. Jean-Pierre Dardant, Vice-Président de Seine-et-Marne Numérique précisait qu’ «Avec les équipements réalisés sur la CCPMF, le programme mené sur l’ensemble de la Seine-et-Marne venait de franchir la barre des 40 opérations sur les 77 prévues ».

Enfin, Anne Chain-Larché, Sénatrice et Vice-Présidente du Conseil Régional d’Ile de France, insistait sur les opportunités offertes par le déploiement du haut et du très haut débit, notamment, pour développer le télétravail au sein d’un territoire francilien souffrant de longs temps de trajets.

Cette première étape d’une politique ambitieuse constitue, d’ores et déjà, un formidable progrès qui sera amplifié par le déploiement entre 2018 et 2024 de la fibre optique sur l’ensemble des 20 communes.

*Annet-sur-Marne, Charny, Fresnes-sur-Marne, Marchémoret, Montgé-en-Goële, Nantouillet, Précy-sur-Marne, Saint-Mesmes, Saint-Pathus, Villeroy et Vinantes.

 

Financement*

CCPMF : 972.000 € (28%)

Etat : 968.000 € (27%)

Région Ile-de-France : 860.000 € (24 %)

Département 77 : 756.000 € (21%)

*Opérations couvrant 11 communes actuelles de la CCPMF et 6 autres rattachées au 95

 

Ecoute, dialogue et engagements, la rencontre fructueuse entre la CCPMF et le Département

Lire la suite :

ballcbc

 

Ouvert en avril 2006, Le Cybercentre a aujourd’hui 10 ans.

Dix ans durant lesquels cet Espace Public Numérique n’a cessé de participer à la réduction de la fracture numérique en en favorisant l’accès et l’appropriation des Technologies de l’Information et de la Communication.

Durant ce printemps qui va célébrer ses 10 années de clics débridés, on retrouvera tout ce qui a fait la valeur ajoutée de ce lieu d'échange équipé de 16 ordinateurs : des ateliers, des conférences et des expositions.

Ces animations auront lieu aussi bien au cybercentre qu'au sein de 3 médiathèques réparties à l'échelle du périmètre des 37 communes afin de poursuivre la continuité de service.

 

programme au sein du Cybercentre

programme au sein de la médiathèque de Dammartin-en-Goële

programme au sein de la médiathèque de Oissery

programme au sein de la médiathèque de Villeparisis

impot 

Le mardi 12 avril, le conseil communautaire de la CCPMF se prononçait sur l’évolution des taux intercommunaux et, bonne nouvelle pour les ménages, ils restent inchangés malgré le démantèlement.

Désormais réduite à 20 communes, la CCPMF a beaucoup de défis devant elle, et compte bien les relever de manière à satisfaire les besoins de sa population sans avoir recours à des augmentations massives de l’impôt.
Tant que cela sera possible, les élus de la CCPMF veilleront, donc, à ne pas augmenter les taux d’imposition des ménages et à limiter leur poids sur l’activité économique.
En 2016, le temps que les transferts de compétences s’effectuent, les effets du démantèlement vont être amortis.
Aussi les élus de la CCPMF ont voté des taux similaires à ceux de 2015 à l’exception d’une légère évolution de 0,6 point de la Cotisation Foncière des Entreprises (CFE).
La part intercommunale de l’impôt restera stable pour les foyers et n’aura que peu d’impact pour les entreprises.

Dans les années à venir le maintien de cette fiscalité maîtrisée s’articulera autour d’une politique volontaire de réduction des coûts et de développement de l’activité sur le territoire

Un pas supplémentaire dans la mise aux normes des "STEP" du territoire !

C'est en présence de nombreux maires dont ceux concernés en premier lieu (Nantouillet - Juilly - Vinantes) et du Président de la CCPMF, Jean-Louis DURAND que la station d'épuration située à Nantouillet a été inaugurée le samedi 8 octobre 2016. 

D'une capacité de 3100 équivalent/habitant, cette "STEP" à soulever l'enthousiasme parmi les élus et l'assistance au regard de la qualité exceptionnelle de l'équipement.

A l’image de cette station située à Nantouillet mais qui traite également les eaux usées de Juilly et Vinantes, la CCPMF veille et veillera à ce que les stations d’épuration de son territoire soient adaptées à la croissance de sa population et aux nouvelles normes. 

Une programmation concernant des évolutions pour les STEP de Annet-sur-Marne, Cuisy, Oissery, Villevaudé est d’ailleurs en cours pour aboutir dans les années à venir à des installations aussi remarquables que celles de Nantouillet.

stepnjvDonnés techniques :

Le traitement repose sur le principe des boues activées en aération prolongée avec précipitation physico-chimique du phosphore.nées techniques :

L’aération est réalisée par des diffuseurs « fines bulles » positionnés dans le fond du bassin et alimentés en air par deux surpresseurs situés dans les locaux techniques.

La chaleur dégagée par les moteurs des surpresseurs est utilisée pour le chauffage des locaux techniques.

Les boues sont déshydratées sur une centrifugeuse qui est située dans le local technique. Elles sont ensuite stockées dans deux bennes puis transférées par camion dans un centre de compostage.

 

Traitement es odeurs :

Afin de limiter les nuisances olfactives pour le voisinage, la CCPMF a décidé la mise en oeuvre d’un système de traitement des odeurs.

L’air vicié issus du local de traitement des boues et des prétraitements est extrait puis traité sur une colonne de charbons actifs en grains.

 

Rejet en milieu naturel :

Le rejet de la station d’épuration s’effectue dans le ru du Rossignol dont la confluence avec le rû de l’abîme donne naissance à la Beuveronne.

Grâce à la nouvelle station d’épuration l’objectif pour ce cours d’eau d’atteindre le bon potentiel global et écologique pour 2027 et le bon état chimique pour 2021 sera facilité.

 

Chiffres clés : 

Débit de pointe : 62 m3/h - Débit journalier : 545 m3/j

 

Financement :

CCPMF : 1.035.000 € - Agence de l’eau : 1.110.000 € - Département : 255.000 € -  Région : 180.000 €

TOTAL : 2.580.000 € HT

 

Entreprises :

Test ingenierie (maître d'oeuvre), Sources et Pinto (constructeurs)